Qui sont les candidats face à Emmanuel Macron ?

Le 10 avril, 48 millions de Français seront appelés à voter au premier tour de l’élection présidentielle française de 2022. Sur les 12 candidats, seuls deux se qualifient pour le second tour le 24 avril. Ce sont les candidats en lice.

Emmanuel Macron

Le président sortant Emmanuel Macron est le favori pour remporter les premier et deuxième tours pour assurer un deuxième mandat de cinq ans. Il a traversé les deux plus grandes crises de son mandat : ​​les manifestations des « gilets jaunes » et la pandémie. Il a également profité de la guerre d’Ukraine et de l’effet de ralliement autour du drapeau et monte jusqu’à 30 % dans les sondages.

Le 44e président s’est fait le champion de l’égalité des sexes, de l’intégration européenne et de son solide bilan en matière d’emploi. Mais l’augmentation du coût de la vie, un scandale récent impliquant le cabinet de conseil McKinsey et son refus de participer à des débats télévisés avec d’autres candidats n’arrangeront pas son image de « président des riches » distant et élitiste.

Malgré une baisse importante dans les récents sondages, Macron reste populaire auprès des personnes âgées et de la classe moyenne, deux groupes sur lesquels on peut compter même si la participation devrait être faible.



Lire la suite : La peur de la guerre pousse les électeurs français à encercler Macron. Pour combien de temps?


Marine LePen

Marine Le Pen pose à côté d'un buste de Marianne - figure emblématique de la République française.
Marine Le Pen : J’espère revenir au second tour.
APE

Marine Le Pen, candidate de l’extrême droite depuis 2012, est la favorite si elle affronte le président Macron au second tour, comme elle l’avait fait en 2017. Elle s’est habilement éloignée de l’agenda traditionnel d’extrême droite, et sa position eurosceptique a atténué les problèmes économiques et le problème populaire du coût de la vie, qui bénéficient d’un solide soutien de la classe ouvrière.

Leurs propositions incluent la réduction de la TVA et la suppression de l’impôt sur le revenu pour les moins de 30 ans, ainsi qu’un référendum sur l’immigration.

L’image antérieure de Le Pen d’un dirigeant dur et incompétent a été remplacée par une figure plus douce et plus posée. Elle a résisté au défi d’Eric Zemmour, même lorsque des membres clés de son parti et même sa nièce (Marion Maréchal Le Pen) l’ont quittée pour le soutenir. La question cruciale est maintenant de savoir si cette nouvelle image est suffisante pour repousser un défi de l’extrême gauche et accéder à nouveau au second tour.



Lire la suite : Les retombées économiques de la guerre en Ukraine pourraient donner un avantage à la stratégie social-populiste de Le Pen


Jean Luc Mélenchon

Le candidat présidentiel français Jea-Luc Mélenchon.
Mélenchon tente de relancer les perspectives du Parti socialiste.
APE

L’homme qui inquiète Le Pen alors qu’elle vise à affronter Macron est actuellement Jean-Luc Mélenchon. Le candidat du parti de gauche La France Insoumise connaît une montée en puissance grâce à une campagne forte et parfois innovante. Mélenchon a régulièrement augmenté dans les sondages pour devenir l’outsider le plus fort. Solide prise de parole en public, constance et absence de concurrence à gauche lui ont permis de se positionner comme la seule option de gauche crédible.

Le militant vétéran de 70 ans poursuit un programme post-keynésien qui comprend une augmentation des dépenses publiques et un accent sur la politique verte.

Mélenchon veut être perçu comme la voix des banlieues défavorisées et des minorités ethniques. Et en grand débatteur, il présentera un beau défi à Macron s’il se rend au débat télévisé, qui a traditionnellement lieu après le premier tour.

Cependant, les faiblesses de Mélenchon – y compris sa position ambiguë sur ce qu’il faut faire avec Vladimir Poutine et la guerre en Ukraine, et son programme économique radical – ont le potentiel d’aliéner les électeurs modérés.

Eric Zemmour

Le candidat présidentiel français Eric Zemmour
Eric Zemmour a mené une campagne controversée.
Shutterstock

Le controversé journaliste d’extrême droite Éric Zemmour a fait sensation au début de la campagne électorale. Se présentant comme le Donald Trump français, il a surpris tout le monde avec une cote allant jusqu’à 18% dans les sondages et semblait en passe de se qualifier pour le second tour.

Zemmour a attiré des foules impressionnantes à ses rassemblements et a même réussi à lancer un nouveau parti politique couronné de succès. Mais le projet de Zemmour s’est rapidement effondré grâce à la confusion et à la controverse entourant sa position sur des questions telles que l’immigration, le genre et la guerre en Ukraine. Pourtant, Zemmour et ses partisans affirment qu’il reste celui à surveiller le 8 avril.



Lire la suite : Éric Zemmour : Les idées du polémiste d’extrême droite ont une longue histoire en France


Valérie Pécresse

La candidate à l'élection présidentielle française Valérie Pécresse prend un selfie avec un supporter.
Valérie Pécresse pendant la campagne électorale.
APE

Valérie Pécresse, la candidate conservatrice des Républicains (parti de l’ancien président Nicolas Sarkozy), est la grande déception de cette campagne. Après avoir remporté de manière inattendue l’élection en tant que candidate des Républicains, elle s’est retrouvée en mesure de se qualifier pour le second tour d’un point.

Mais en raison d’une campagne en demi-teinte, d’un manque de soutien à Sarkozy et d’un rassemblement public particulièrement désastreux, elle n’a cessé de dégringoler dans les sondages. Il est désormais peu probable que Pécresse reçoive plus de 10% des voix, le laissant loin derrière ses autres principaux prétendants.

…Et tous les autres

Outre les candidats qui ont une certaine chance, il y en a beaucoup d’autres qui n’ont aucune chance. Yannick Jadot, le candidat du Parti vert, est trop éloigné des principaux candidats pour espérer un second tour. Les partis verts se portent bien aux élections locales en France mais ont traditionnellement eu du mal aux élections présidentielles et 2022 ne fera pas exception malgré les défis environnementaux mondiaux.

Six autres candidats sont actuellement en dessous de 5% dans les sondages. Fabien Roussel, le candidat communiste, a mené une campagne joyeuse et positive, notamment en défendant le patrimoine gastronomique français. On estime qu’il obtient entre 3% et 5% des voix.

Nicolas Dupont-Aignan, le candidat eurosceptique de droite, cherchera à capitaliser sur son opposition très virulente aux politiques COVID du gouvernement. Jean Lassalle, le député iconoclaste des Pyrénées qui s’est présenté en 2017, se revendique comme la voix de la “France authentique” et des campagnes. Il se contente d’environ 3% des voix.

La socialiste Anne Hidalgo est la candidate aux accidents de voiture à cette élection. Elle incarne le déclin du Parti socialiste autrefois au pouvoir, et son bilan en tant que maire technocratique de Paris – où elle est accusée de l’augmentation de la criminalité, de la saleté et de la congestion – ne l’a pas aidée. Enfin, l’extrême gauche est représentée par deux candidats : Philippe Poutou et Nathalie Arthaud. On estime que les deux ne reçoivent que 1% des voix.

Cette campagne a provoqué de la frustration, notamment en raison de l’absence d’un véritable débat. Et une faible participation est attendue depuis longtemps. Mais cela reste un concours important qui montre à quel point le paysage politique français est en train de changer et de se fragmenter, conduisant à la disparition des deux grands partis traditionnels. Les forces radicales prospèrent à gauche comme à droite, tandis que le centre est désormais crucial. De nombreuses personnalités qui ont conduit ces changements, dont Macron, Mélenchon et Le Pen, pourraient ne pas concourir la prochaine fois. Et si la victoire de Macron semblait inévitable, des surprises sont toujours possibles.

durazy