La Banque du Canada relève ses taux de 50 points de base en avril

Le gouverneur de la Banque du Canada, Tiff Macklem, assiste à un événement à la Banque du Canada à Ottawa, Canada, le 7 octobre 2021. REUTERS/Blair Gable

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

BENGALURU, 6 avril (Reuters) – La Banque du Canada augmentera son taux d’intérêt au jour le jour de 50 points de base lors de sa prochaine réunion politique le 13 avril, selon une majorité d’économistes interrogés par Reuters, qui ont également fortement relevé leurs prévisions d’inflation pour l’année.

La banque centrale devrait relever ses taux plus rapidement que prévu dans les mois à venir pour endiguer la hausse de l’inflation, en partie causée par les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et la hausse des coûts de l’énergie alimentée par la guerre russo-ukrainienne.

Après avoir relevé les taux de 25 points de base à 0,50 % en mars – la première hausse des taux par la banque centrale depuis octobre 2018, alors que l’économie se remettait fortement de la pandémie de COVID-19 – ils devaient augmenter encore 50 points de base ce mois-ci. suivre.

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Une majorité d’économistes, soit 18 sur 29, dans l’enquête du 31 mars au 6 avril appellent maintenant à une hausse de 50 points de base ce mois-ci, y compris les cinq plus grandes banques du Canada — BMO, CIBC, RBC, TD et Scotia en tant que banque nationale .

Les cinq grandes banques s’attendent également à une nouvelle hausse des taux d’un demi-point lors de la réunion de juin, bien que l’enquête plus large s’attende à ce que le rythme des hausses des taux ralentisse à un quart de point chaque mois et que les taux augmentent à 2,00 % d’ici la fin de 2022.

La tarification des contrats à terme sur taux d’intérêt montre que le taux au jour le jour est encore plus élevé, à 2,75 % d’ici la fin de l’année.

Le changement dans les attentes d’un mouvement plus important en avril intervient après que la sous-gouverneure de la BoC, Sharon Kozicki, a déclaré à la fin du mois dernier que la banque était prête à “agir violemment” avec des hausses de taux pour ramener l’inflation sur la cible.

Sondage Reuters – Politique monétaire et économie canadienne de la Banque du Canada – Avril 2022

Cela coïncide également avec un changement dans les attentes d’un mouvement d’un demi-point de son plus grand voisin, la Réserve fédérale américaine. Si elle se concrétise, la décision d’avril serait la première hausse de 50 points de base de la BdC depuis mai 2000.

“Étant donné qu’ils (la BdC) sont déjà bien en retard sur la courbe de resserrement et que l’inflation est bien supérieure à leur objectif de 2%, il n’y a vraiment aucune raison pour eux d’attendre plus longtemps et ils devraient évaluer les taux d’intérêt pour qu’ils deviennent vraiment neutres aussi vite que possible. ils le peuvent », a déclaré Benjamin Reitzes, stratège canadien en matière de taux et de macroéconomie chez BMO Marchés des capitaux.

Selon l’enquête, la Banque du Canada devrait relever ses taux à 2,25 % d’ici le deuxième trimestre de 2023, puis faire une pause jusqu’à au moins la fin de 2023.

Le taux d’inflation du Canada devait s’établir en moyenne à 5,6 % au dernier trimestre et à 5,9 % ce trimestre, avant de baisser à 5,0 % et 4,4 % au cours des deux prochains trimestres, une forte hausse par rapport aux 4,5 %, 4,1 %, 3,2 % et 2,5 % prévus trois il y a des mois.

Bien que l’inflation devait ralentir considérablement au cours de l’année prochaine, elle devrait toujours rester au-dessus de l’objectif de la banque centrale jusqu’en 2024 au moins.

Perspectives de politique monétaire de la BdC – avril 2022

Une enquête régulière de la Banque du Canada publiée lundi a montré qu’un nombre record d’entreprises canadiennes étaient confrontées à des pressions de capacité dans un contexte de pénuries de main-d’œuvre intenses et de difficultés de la chaîne d’approvisionnement. continuer la lecture

L’économie devrait connaître une croissance désaisonnalisée et annualisée de 4,3 % ce trimestre, en baisse par rapport aux 6,0 % attendus en janvier. Des croissances de 3,5 % et 3,1 % étaient alors prévues pour les trimestres suivants, contre 4,7 % et 3,5 %.

(Articles supplémentaires du package Reuters Global Long-Term Economic Outlook : )

Inscrivez-vous maintenant pour un accès GRATUIT et illimité à Reuters.com

Rapports et sondages par Shrutee Sarkar ; Edité par Ross Finley et David Holmes

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

durazy