Entraînement spécial pour jeunes adultes avec CrossFit | Nouvelles paroissiales de St. Tammany

Malgré le syndrome de Down, Ben Nadar, 17 ans, est en bonne forme physique et bénéficie d’un entraînement complet.

“Il a des abdominaux et une force innée”, a déclaré sa mère, Michelle Nadar. “C’est devenu difficile de le suivre.”

Un autre défi ? Trouvez un gym sur la Rive-Nord qui s’adresse aux personnes ayant des besoins spéciaux.

“Les gens ne comprennent pas que les personnes handicapées doivent rester en bonne forme physique et en bonne santé comme tout le monde”, a déclaré Michelle Nadar.

Mais sa chance a tourné en décembre lorsque CrossFit Mandeville a organisé un cours d’essai pour les jeunes adultes ayant des troubles cognitifs et développementaux. La mère et le fils ont qualifié l’expérience de succès et ont passé le mot.

Le programme – iFit, qui signifie fitness inclusif – a officiellement ouvert ses portes en janvier, et Ben assiste depuis aux cours du samedi après-midi. Sous la direction de l’instructeur Megan Bremond, Ben effectue des sprints, des tractions, des burpees et d’autres exercices – tout en interagissant avec d’autres étudiants qui sont là pour la même raison.

“J’ai lancé le programme pour créer une salle de sport où les gens se sentent les bienvenus”, a déclaré Bremond, la mère d’un enfant de 3 ans atteint du syndrome de Down.

Bremond fait partie de CrossFit Mandeville depuis plus de 10 ans. Après avoir approché le gymnase avec son idée – une idée qu’ils ont soutenue sans réserve – elle a obtenu sa certification d’entraînement adapté, a quitté son emploi dans les ventes et a commencé à donner des cours. Elle dirige également des cours “typiques” dans le même gymnase.

“(L’exercice) est le meilleur scénario pour une meilleure santé physique, émotionnelle et mentale”, a déclaré Bremond. “Je sais que lorsque je m’entraîne, je suis mentalement mieux préparé pour la journée.”

Chaque session est basée sur son entraînement quotidien mais modifiée en pensant à ses élèves.

“CrossFit est adapté aux capacités de chaque individu”, a déclaré Bremond, décrivant le genre d’entraînement comme des mouvements fonctionnels et plus rapides. “Un soulevé de terre, c’est être capable de soulever correctement quelque chose du sol sans se blesser. C’est tout un mouvement fonctionnel que nous faisons pour vivre de manière indépendante et dans la communauté des besoins spéciaux, ils s’efforcent de vivre de manière indépendante.

Un guide hebdomadaire des plus grandes nouvelles à St. Tammany. Inscrivez-vous aujourd’hui.

Le participant Payton Nunmaker est atteint du syndrome de Jacobsen, qui peut entraîner un retard du développement moteur et des troubles cognitifs. Avant les cours, le jeune homme de 22 ans a rampé dans les escaliers. Maintenant, elle peut les parcourir à pied.

“Nous avons entendu parler de la classe par mon fils”, a déclaré la mère de Payton, Jan Nunmaker, expliquant que son fils est membre de CrossFit Mandeville. “Payton a vraiment apprécié cette partie parce qu’elle participe à une activité que font son frère de 20 ans et sa petite amie. Elle a aussi des amis typiques qui le font.

Payton Nunmaker suit des cours cinq jours par semaine depuis décembre, se concentrant principalement sur son équilibre et sa peur des hauteurs, a déclaré Jan Nunmaker.

“C’est tout simplement excitant de voir les progrès qu’elle a réalisés”, a-t-elle déclaré. “Megan (Bremond) peut amener Payton à faire des choses qu’elle ne ferait pas nécessairement pour moi en tant que parent. Elle a appris à connaître suffisamment bien chaque athlète et sait quand et jusqu’où pousser.

Pour le moment, Bremond loue un espace à CrossFit Mandeville, mais elle prévoit éventuellement d’étendre le programme et son empreinte en accueillant plus de membres et en embauchant des entraîneurs supplémentaires.

“C’est très nouveau et cela demande beaucoup de patience de la part des athlètes et des entraîneurs”, a-t-elle déclaré.

Le cours s’adresse aux jeunes adultes handicapés car à un certain moment de la vie, ce groupe “vieillit”, a ajouté Bremond.

“Une fois qu’ils ont terminé le lycée, il n’y a rien d’autre à faire après cela”, a-t-elle déclaré. « C’est la communauté que je veux atteindre. Je veux atteindre l’adulte qui a l’impression qu’il n’y a rien pour lui. Je veux remplir cet espace pour eux.”

Elle espère qu’un jour sa fille pourra participer au programme et peut-être même concourir en haltérophilie sans que personne ne ferme les yeux.

“Je pense qu’une grande partie de la communauté se fait dire” non “la plupart du temps, et je veux que ce soit un endroit où ils savent qu’ils peuvent le faire – où ils ont des objectifs”, a déclaré Bremond. “Le corps humain est incroyable de ce qu’il peut faire et de ce qu’il peut endurer.”

Les achats effectués via des liens sur notre site peuvent nous rapporter une commission d’affiliation

durazy