Emmanuel Macron rencontre Marine Le Pen dans le second tour français

Emmanuel Macron et sa rivale d’extrême droite Marine Le Pen s’affronteront au second et dernier tour de l’élection présidentielle française le 24 avril après avoir battu les autres candidats au premier tour, selon les premières estimations, dimanche.

Macron a obtenu environ 28% et Le Pen 24% des voix au premier tour, devant le candidat d’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon avec 20%, selon des sondages extrapolés à partir des premiers résultats.

Vous voyez un instantané d’un graphique interactif. Cela est probablement dû au fait que vous êtes hors ligne ou que JavaScript est désactivé dans votre navigateur.


Le résultat du vote de dimanche suggère que Le Pen, 53 ans, est plus proche que jamais de la victoire au pouvoir de l’extrême droite en France et des victoires nationalistes de Donald Trump aux États-Unis et de la Grande-Bretagne pro-Brexit à imiter il y a six ans.

Le Pen a déclaré à ses partisans en liesse que le vote final dans deux semaines décidera du sort de “la société et même de la civilisation” et que s’il gagne, il restaurera “la prospérité et la grandeur” du pays.

Faisant allusion à son projet d’aller au-delà de ses partisans du parti d’extrême droite du Rassemblement national et de former un gouvernement d’union nationale, elle a déclaré qu’elle envisageait de devenir présidente de “tous les Français”.

Eric Zemmour, le polémiste anti-immigration de la télévision qui a brièvement éclipsé Le Pen après être entré dans la course l’année dernière, devrait avoir remporté 7% des voix au premier tour – et la plupart de ses partisans ont déclaré aux sondeurs qu’ils soutiendraient Le Stylo au second tour.

Les résultats des élections de dimanche ont souligné l’effondrement du soutien aux partis traditionnels de gauche et de droite – les socialistes et les conservateurs Les Républicains, qui ont dirigé tous les présidents français entre 1958 et la victoire de Macron en 2017 – et la montée des extrêmes nationalistes.

Valérie Pécresse, la candidate conservatrice dont la campagne a échoué après avoir remporté les primaires de son parti, ne devrait obtenir que 5 % des voix au premier tour. Yannick Jadot des Verts obtient également 5 % et Anne Hidalgo, maire de Paris et candidate socialiste, 2 %.

Le Pen est sceptique à propos de l’UE, a annoncé sa retraite de la structure de commandement militaire de l’OTAN et a été un admirateur du russe Vladimir Poutine dans le passé. Si elle gagne dans deux semaines, cela enverrait des ondes de choc à travers l’Europe et le monde à un moment où les forces russes mènent une guerre sur le sol européen en Ukraine.

Le Pen a également promis, si elle devient présidente, d’introduire des politiques économiques plus protectionnistes pour favoriser l’industrie française, de réprimer les islamistes et l’immigration, et d’interdire aux femmes de porter le voile en public parce que c’est un “uniforme islamiste”.

Aux prises avec sa troisième campagne présidentielle, Le Pen a grimpé en flèche dans les sondages d’opinion ces dernières semaines après s’être concentrée sur les préoccupations de la classe ouvrière concernant la hausse du coût de la vie à un moment où les prix de l’essence, du diesel et d’autres produits de base chutent après l’attaque russe contre l’Ukraine. monté en flèche.

L’internationaliste libéral Macron – impliqué dans d’intenses négociations de l’OTAN, du G7 et de l’UE sur les sanctions contre la Russie et le soutien à l’Ukraine – est entré tardivement dans la campagne et a perdu sa première tête de sondage en essayant de convaincre les électeurs de le faire pour qu’ils lui donnent un deuxième cinq- an de mandat à l’Elysée.

Il soutient que Le Pen en tant que président constituerait une menace pour la France, l’UE et l’alliance occidentale et critique son programme économique protectionniste comme incohérent et inabordable.

Le manifeste de Macron comprend l’insistance sur les réformes économiques et les réductions d’impôts pour moderniser l’économie et attirer les investissements étrangers tout en visant le plein emploi après avoir ramené le taux de chômage à son plus bas niveau en plus d’une décennie lors de son premier mandat.

durazy