1,4 million de personnes sans eau courante dans l’est de l’Ukraine déchirée par la guerre (15 avril 2022) – Ukraine

Les dommages au réseau d’eau et les pannes d’électricité ont laissé 4,6 millions de personnes supplémentaires à travers l’Ukraine sans accès adéquat à l’eau potable

(Lviv, 15 avril 2022) Plus de sept semaines d’intenses hostilités en Ukraine ont dévasté les réseaux d’eau et d’électricité, laissant 1,4 million de personnes dans l’est du pays sans accès à l’eau potable et 4,6 millions de personnes n’y ayant qu’un accès limité. Au total, plus de 6 millions de personnes en Ukraine luttent chaque jour pour l’eau potable, l’un des besoins humains les plus importants.

Depuis le début de la guerre le 24 février, au moins 20 cas individuels de dommages aux infrastructures hydrauliques ont été enregistrés rien que dans l’est de l’Ukraine. L’intensification récente des combats dans la région du Donbass et l’utilisation généralisée d’armes explosives dans les zones peuplées menacent d’amener le système d’approvisionnement en eau – qui a déjà été miné par les huit années de conflit précédentes – au bord de l’effondrement.

“L’eau est essentielle à la vie et un droit pour tous”, a déclaré Osnat Lubrani, le coordinateur humanitaire pour l’Ukraine, mettant en garde contre les risques sanitaires posés par les arrêts d’eau, en particulier pour les enfants et les personnes âgées. « Une eau de mauvaise qualité peut entraîner des maladies telles que le choléra, la diarrhée, des infections cutanées et d’autres maladies infectieuses mortelles. Les gens doivent vivre dans des conditions exiguës et sont incapables de suivre les mesures d’hygiène de base. Cela doit être résolu », a ajouté Lubrani.

La situation est particulièrement critique à Marioupol, où des dizaines de milliers de personnes sont susceptibles d’utiliser des sources sales à la recherche de l’eau qu’elles peuvent trouver. Les grandes villes des oblasts de Donetska et Luhanska sont également coupées de l’approvisionnement en eau, et 340 000 autres personnes risquent de perdre l’accès à l’eau potable si un réservoir à Horlivka s’épuise. Les villes de Soumy et Tchernihiv ont connu de graves coupures d’eau début mars, et le système de Kharkiv a également été gravement touché.

Restaurer l’accès à l’eau et fournir des fournitures d’urgence à ces villes et à d’autres zones de combats intenses a été un défi majeur. Depuis le début du conflit, les organisations humanitaires en Ukraine ont reçu des informations fiables selon lesquelles quatre travailleurs de l’eau ont été blessés à Tchernihiv et un à Kharkiv, s’ajoutant aux au moins 35 travailleurs de l’eau tués ou blessés dans les oblasts de Donetska et Luhanska depuis 2014.

Il y a un an, le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté à l’unanimité la résolution 2573, rappelant les obligations de toutes les parties aux conflits armés en vertu du droit international humanitaire (DIH) de protéger les populations civiles et les infrastructures civiles, y compris l’approvisionnement en eau. Cependant, pendant la guerre en Ukraine, les infrastructures civiles, y compris les réseaux d’eau, d’égouts et d’électricité, ont été détruites, entravant gravement l’accès de la population aux services essentiels.

« Il est impératif que les parties au conflit respectent leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et veillent constamment à la protection des infrastructures civiles. Dans les cas où les installations d’eau sont endommagées, les techniciens de l’eau doivent bénéficier d’un passage rapide et sûr pour réparer le réseau », a déclaré Osnat Lubrani.

Les organisations humanitaires fournissant des services d’eau, d’assainissement et d’hygiène aux personnes touchées par la guerre en Ukraine ont de nouveau appelé toutes les parties au conflit à éviter d’utiliser des armes explosives dans les zones peuplées et à déplacer le matériel et le personnel militaires des positions proches des infrastructures civiles à déduire.

« Les jeunes enfants vivant dans des zones de conflit sont 20 fois plus susceptibles de mourir de maladies diarrhéiques liées à l’eau insalubre que de la violence directe résultant des guerres », a déclaré Murat Sahin, représentant de l’UNICEF pour l’Ukraine. “Leur accès à l’eau, où qu’ils se trouvent, ne doit pas être compromis par la guerre – pour les enfants, c’est une question de vie ou de mort”, a ajouté Sahin.

Depuis le 24 février, les organisations humanitaires en Ukraine ont aidé plus de 180 000 personnes à accéder à de l’eau potable et à des articles d’hygiène. Les organisations travaillant dans le cadre du groupe sectoriel Eau, assainissement et hygiène (WASH) dirigé par l’UNICEF ont également fourni des générateurs et du matériel pour réparer les infrastructures endommagées afin de faire fonctionner les pompes à eau et de démarrer le système d’approvisionnement en eau à Soumy et Tchernihiv. Environ 57,4 tonnes de chlore liquéfié ont été achetées pour le système d’eau de Kharkiv Vodokanal, qui purifiera l’eau pendant trois semaines ; et 4,5 tonnes de chlore gazeux liquéfié pour l’exploitation du Uzhgorod Vodokanal. Cela garantira de l’eau potable à 1,4 million de personnes à Kharkiv et 140 000 à Uzhgorod qui ont connu un afflux de personnes déplacées.

durazy